Il faut supprimer les insectes

Face à un insecte que l’on craint et qui s’approche de nous, il est rare que nous nous disions : « Il ne m’a rien fait, je le laisse tranquille. » Et si on le tue, c’est un peu comme si on appliquait un principe de précaution, « au cas où ». C’est en général notre peur qui nous fait agir ainsi, sans réfléchir vraiment. Pourtant, très peu d’insectes nous ennuient – si l’on prend conscience du nombre d’espèces et d’individus qui nous entourent, c’est même une infime minorité. 

On a donc tendance à les stigmatiser, systématiquement et de façon culturelle, sans nous en rendre compte. Mais sont-ils tous à mettre « dans le même panier » ?

Relativiser

Lorsqu’on interroge différentes personnes pour savoir quels insectes les gênent d’une façon ou d’une autre (dégoût, peur…), entre 20 et 40 espèces environ sont citées. Parmi elles, les moustiques, les cafards, les pucerons, les mouches ou encore les guêpes arrivent souvent en tête. Ensuite, si l’on demande à ces mêmes personnes combien il y a de sortes d’insectes en France, rares sont celles qui sont capables de répondre ! On recense pourtant quasiment 50 000 espèces (on en découvre régulièrement) en France métropolitaine.

Ainsi, lorsque l’on entend « les insectes nous ennuient », c’est en fait à une trentaine d’espèces que les 49 970 autres doivent leur sale réputation ! Et dans ce cas, on se rend bien compte que le mot « insectes » ne signifie pas grand-chose eu égard à leur immense diversité.

Pour prendre un cas plus précis, ce ne sont pas tous les moustiques qui nous piquent, mais seulement 3 espèces sur les 70 qui vivent dans l’Hexagone.

Mais allons encore un peu plus loin…

Lutter contre les biais de raisonnement

Nous devons aussi être conscients que parmi cette trentaine d’espèces, ce ne sont absolument pas tous leurs représentants qui nous gênent, très loin de là ! Par exemple, ce ne sont pas toutes « les guêpes » qui nous incommodent, mais seulement quelques individus. Notre cerveau nous joue parfois des tours et fait d’une anecdote une généralité. Au point que lorsque notre voisin nous dit un jour qu’il va détruire un nid de guêpes, eh bien cela ne nous fait ni chaud ni froid, et ce même si aucune guêpe ne nous a ennuyé !

C’est en souvenir de cette anecdote que notre cerveau a fait une espèce d’amalgame et a mis toutes les guêpes « dans le même panier ». Il serait plus rationnel de compter le nombre de guêpes qui nous côtoient chaque année, et de considérer qu’une piqûre n’est en fait qu’une anecdote. Seulement notre cerveau ne le fait pas : il oublie de compter les individus totalement inoffensifs, infiniment majoritaires. Cela nous éviterait pourtant de stigmatiser tout un groupe à partir d’un seul individu, et de laisser tuer des animaux sans aucune raison. Car c’est bien une guêpe qui nous a piqué un jour, et non l’ensemble des guêpes. C’est une minorité – et souvent pour une « bonne » raison, ou par accident.

Les spécialistes savent que chaque membre d’une colonie d’insectes sociaux, par exemple, a ses rôles à remplir. Lorsqu’il n’est pas en mission « je défends le nid » mais « je cherche de la nourriture », par exemple, l’insecte nous ignore et devient pacifique. C’est le cas d’une guêpe commune, d’un frelon ou d’une abeille hors du nid. À ce moment-là, ils sont inoffensifs et craintifs dans leur immense majorité.

De plus, pour reprendre l’exemple des guêpes, sait-on que ce sont d’efficaces prédatrices, des pollinisatrices et des maillons de la chaîne alimentaire ? Qu’elles ont inventé le papier (leur nid est fait de papier mâché) et que leur présence apporte de la vie autour de nous ?

Éviter les amalgames

En ce qui concerne les êtres humains, nous nous efforçons de ne pas faire d’une anecdote une généralité. Par exemple, si une personne bleue nous volait notre Smartphone, nous n’irions pas en conclure que toutes les personnes bleues sont des voleuses. C’est pourtant ce que nous faisons avec presque tous les animaux, en particulier les insectes.

Prenons pour exemple un sujet sensible : tous les frelons asiatiques n’attaquent pas toutes les abeilles domestiques. Pourtant, nous avons fait de cette espèce et de tous ses représentants des individus dangereux, ce qui ne leur laisse quasiment aucune chance de vivre à nos côtés. Et pourtant, ces prédateurs et pollinisateurs sont aussi inoffensifs que le frelon jaune et noir, et tous ne s’attaquent pas à toutes les ruches – ce sont surtout celles qui sont affaiblies qu’ils visent. Toutefois, la seule évocation de leur nom fait désormais frémir car ils sont catalogués, stigmatisés.

Une question sur les insectes ?
Poser une question sur les insectes
Valider Annuler

Saisissez un ou deux mots clés